Anges ou démons ? Les robots traders.

Les robots de trading sont des logiciels plaçant des fonds sur les marchés boursiers.

Mais en quoi sont-ils des robots ?

Le logiciel de trading tire des informations de son environnement boursier. Grâce à ces informations, il décide de l’action à mener : achat, vente, pour quel montant, ou bien de rester inactif.

D’autres logiciels prennent aussi des informations, en entrée, pour parvenir à déterminer une action, en sortie, sans que cela en fasse des robots. Mais le robot de trading, comme ses homologues de métal et de plastiques, agit sur son environnement, environnement fait de données d’achats et de vente, de volumes de titres échangés, …

L’impact de ces actions sur l’environnement économique rentre lui-même en considération pour calculer de nouvelles actions : le robot de trading interagit avec son environnement.

Il le fait en toute autonomie. Une fois le logiciel écrit, aucun humain ne contrôle plus les décisions prises.

Au final, c’est donc uniquement la nature des données traitées par le robot qui diffère, entre un robot de trading et un robot physique. Le premier échangera des données concernant des valeurs et des volumes de titres et le second des distances et des mesures de force par exemple. Ce qui, pour un logiciel, ne constitue pas une différence fondamentale.

Les logiciels développés pour les robots de trading et leurs homologues matériels se ressemblent d’ailleurs de plus en plus. Les chercheurs des deux spécialités utilisent les techniques de l’intelligence artificielle (IA) : réseaux de neurones, apprentissage par renforcement, systèmes multi-agents, agents autonomes (1), réseaux génétiques (3).

Le point fort des robots traders, c’est la rapidité. S’ils sont de plus en plus utilisés, c’est pour cette propriété. Un des types de transaction qu’ils réalisent est d’ailleurs appelé du « trading haute fréquence ». L’unité de mesure est le millionième de seconde, ce qui permet de réaliser des gains basés sur de la technique mathématique pure, sans aucun rapport avec les qualités (et les défauts) de l’entreprise à laquelle se rapportent les actions échangées.

Robots traders : l’économie de marché maîtrisée ?

En bons élèves, les robots traders travaillent dans des laboratoires, pour lesquels ils participent à des travaux de simulation de l’activité boursière.

Certains de ces travaux visent à découvrir des méthodes de régulation des marchés financiers. Ces derniers ayant de plus en plus recours à la technologie, certains chercheurs vont jusqu’à estimer que la régulation n’est plus réalisable via les outils politiques traditionnels. A leurs yeux, des systèmes si complexes ne peuvent être régulés que par l’utilisation de robots autonomes soumis à un contrôleur (4).

S’ils sont aussi bons pour simuler le comportement des marchés, c’est aussi parce qu’une part de plus en plus importante des échanges se fait par eux : 2/3 des transactions aux Etats-Unis, plus du quart en Europe.

Une part toujours plus importante et toujours moins maîtrisable.

Robots traders : l’enfer capitaliste ?

 […]

L’article dans son intégralité est paru dans Planète Robot n°19 du 1er Janvier 2013.

Laisser un commentaire