e-vigilante : des entreprises sous bonne garde

e-Vigilante au travail

Président d’EOS Innovation, David Lemaître a accueilli Planète Robot à Evry, dans ses locaux, « incubés » au sein du campus de Télécom SudParis, le temps de nous présenter sa société et le robot e-vigilante.

Planète Robot : David Lemaître, vous avez créé EOS Innovation. Pouvez-vous nous raconter cette aventure ?

David Lemaitre : Je suis titulaire d’une maîtrise d’électronique et d’un DEA de robotique. J’ai acquis dix années d’expérience professionnelle opérationnelle en tant que Responsable de l’industrialisation de produits de micro-électroniques. Je suis également passionné de robotique depuis l’âge de dix ans, et cela ne m’a jamais quitté. Alors que j’avais depuis quelques années l’idée de monter ma propre entreprise, j’ai saisi l’opportunité d’une reconversion professionnelle, pour créer EOS Innovation en mars 2010.

Afin de me donner toutes les chances de succès, j’ai suivi des formations, participé à des conférences, rencontré des entrepreneurs, puis j’ai intégré InnovaPôle, la structure d’aide à la création d’entreprise de la CCI de l’Essonne. J’ai démarré mon entreprise avec un projet de robot d’assistance à la personne, e-one. Avec mon équipe de quatre personnes et le concours du CRIIF, nous avons monté un prototype, et obtenu, en 7 mois, un robot fonctionnel. Néanmoins, j’ai rapidement constaté que les débouchés commerciaux du robot seraient longs à obtenir, fragilisant la pérennité d’EOS Innovation. Aussi, j’ai réfléchi à la manière de capitaliser sur ce premier succès technique tout en explorant d’autres possibilités d’applications, et notamment dans le domaine professionnel. C’est ainsi qu’en 2011, j’ai réorienté EOS Innovation vers la robotique de surveillance dédiée aux entrepôts et sites industriels.

L'équipe d'Eos Innovation


PR : Comment en êtes-vous arrivés à créer un robot de surveillance ?

DL : Lors de notre réorientation, nous avons expertisé différents domaines où la robotique mobile pouvait avoir une forte valeur ajoutée. Durant ces recherches, nous avons découvert un certain nombre de problématiques dans la surveillance des entrepôts, notamment en termes de détection et de levée de doute. En allant à la rencontre des professionnels, ils nous ont confirmé leur vif intérêt pour des solutions innovantes leur permettant d’améliorer leurs prestations, comme la réactivité face à une alerte. C’est à partir de leurs cahiers des charges que nous avons développé le robot e-vigilante.

J’ajouterai que cette réorientation correspond aussi à une double tendance : l’émergence de la robotique de service, combinée à la quête toujours plus forte de sécurité. De ce point de vue, nous pensons qu’e-vigilante arrive dans un contexte favorable et réceptif à ce nouveau type de technologie.

PR : Pouvez-vous nous présenter e-vigilante et son mode de fonctionnement ?

DL : Le robot e-vigilante est un robot qui a été conçu à partir des besoins des clients. Trapu, ramassé, d’aspect plutôt austère, e-vigilante réalise des rondes au sein du périmètre qui lui est assigné. Il a pour vocation à circuler la nuit et le week-end, lorsqu’il n’y a plus d’activité dans l’entrepôt.

Grâce à son système de navigation intégré, il est totalement autonome, est en mesure de détecter des anomalies (intrusion, porte ouverte, objet déplacé…) et d’émettre une alerte auprès de l’opérateur du poste de sécurité. Ce dernier a la possibilité de prendre la main sur le robot et de le piloter à distance pour effectuer sa levée de doute.

[…] 

L’article dans son intégralité est paru dans Planète Robot n°16 du 1er Juillet 2012.

Laisser un commentaire