Actualités Juin-Juillet 2015

Séisme au Népal : l’aide des drones

Nepal

Le Népal a subi son pire tremblement de terre en 80 ans et ne dispose que d’une infrastructure de secours limitée. Face à la pénurie d’hélicoptères, les drones sont mobilisés. Ils sont utilisés à la photographie aérienne et la cartographie pour aider les équipes de secours. Les images capturées par les drones sont traitées pour former des modèles 3D du terrain, qui donnent des informations. Les drones couvrent rapidement une grande surface sont plus efficaces que les sattelites du fait du ciel couvert et de la faiblesse des lignes de communication. Pour Rahul Singh, directeur de Global Medic, société canadienne : [Avec les drones,] « nous pouvons vous dire dans quel état sont les routes, où des glissements de terrain ont eu lieu, où la population est bloquée et savoir où les gens se réfugient. » Global Medic a envoyé des drones dans la zone de la catastrophe, ainsi que l’Inde. Le Réseau de drones humanitaires UAViators organise des équipes internationales pour aider aux efforts de secours, telle l’équipe Rubicon, composé de vétérans américains.

Le poker, jeu humain

La compétition de poker opposant quatre des meilleurs joueurs mondiaux à une intelligence artificielle a été remportée par les humains. Le programme informatique Claudico jouait au Texas Hold’em contre Doug Polk, Dong Kim, Bjorn Li et Jason Les. Après 42100 mains, les humains avaient une avance cumulée de 626892 jetons et trois des quatre joueurs étaient également devant l’IA en individuel. Tuomas Sandholm, professeur d’informatique à l’université Carnegie Mellon, qui a dirigé le projet explique : «Le poker est aujourd’hui une référence pour la recherche en IA. Il nécessite qu’une machine prenne des décisions à partir d’informations incomplètes et souvent trompeuses du fait du bluff et d’autres leurres. » Le concours a été conçu pour assurer que le résultat soit scientifiquement significatif. En plus du grand nombre de mains, les jeux sont en double -Le joueur A recevra les mêmes cartes que l’ordinateur reçoit contre le joueur B et réciproquement-. De même avec les joueurs C et D. Le dernier joueurs est dans l’isolement pour éviter la comparaison des cartes.

Cours de piratage

Pershin

Des travaux de recherches donnent des informations permettant de pirater des drones selon une société de défense israélienne, Israel Aerospace Industries. Son directeur des cyber programmes, Esti Pershin, cite une étude de l’ETH Zurich, intitulée «Les conditions requises pour usurper avec succès les GPS » indiquant les détails pour simuler les signaux GPS et tromper les appareils de navigation et même une publication de l’OTAN « Vulnérabilité des UAV aux cyber attaques – Une approche de l’évaluation du risque ». Les Iraniens qui ont capturé un drone RQ-170 Sentinel ont également expliqué leur mode opératoire : «ils ont brouillé les liens de communication cryptés, dont celui avec les satellites GPS. Le drone est passé en mode autopilote et a été obligé de chercher des fréquences GPS non cryptées, utilisées par les avions civils. Les Iraniens utilisèrent alors la technique d’« usurpation », envoyant à l’appareil des coordonnées GPS inexacts, pour lui faire croire qu’il se trouvait en Afghanistan, alors qu’il atterrissait … en Iran !».

Sur les routes du Nevada, sans chauffeur

freightliner-inspiration-truck

L’état du Nevada, pionnier de la réglementation pour la circulation des véhicules sans chauffeurs, a donné l’autorisation de circulation sur autoroute au camion Inspiration de Daimler. Ce camion utilise des caméras, des capteurs et des radars pour balayer la zone autour de lui et déterminer sa position sur la route et par rapport aux autres véhicules. Il n’a pas de LIDAR (radar laser) et n’est pas autonome en dehors des autoroutes. Les premiers avantages, selon Daimler, sont l’économie d’énergie, avec une conduite plus fluide et la possibilité de former des caravanes, la sécurité et la facilité de conduite. Trois millions de camions transportent 9 mds de tonnes de fret à travers les Etats-Unis chaque année. Si les conditions extérieures, ou un problème technique, font que le camion doit rendre la main au conducteur, celui-ci est averti. S’il ne réagit pas assez vite, le camion décélère et s’arrête. Daimler pense qu’il faudra une décennie pour un usage quotidien de camions sans conducteur, principalement pour des raisons psychologiques.

Amazon dépose un brevet pour sa livraison par drone

Drohnen Netzwerk

Amazon a déposé un brevet décrivant sa méthode de livraison par drones. Ceux-ci pourront communiquer les uns avec les autres, trouver la meilleure trajectoire de vol, et mettre à jour l’emplacement de livraison quand un client change de lieu. Ils enregistreront votre localisation à partir d’un smartphone et mettront à jour l’emplacement de livraison quand le colis sera prêt. Le plan comprend également des emplacements où transiteront les paquets entre deux vols et où les drones se rechargeront. Amazon sélectionnera le drone approprié et l’emplacement de livraison en fonction de la taille et du poids du colis. Le drone surveillera en permanence la présence d’humains ou d’animaux sur le chemin prévu et modifiera sa navigation pour les éviter. Il dispose de huit hélices. Un système monté dans le centre et le haut du cadre gère l’exploitation, le routage, la navigation, la communication et le mécanisme d’enregistrement de la commande. La maquette comprend également deux modules d’alimentation amovibles montés sur le châssis.

Des drones au-dessus des lois

uav

Le gouvernement américain permettra à trois opérateurs d’aller au-delà des règles régissant la navigation des avions sans pilote. C’est la dernière réponse de la FAA aux directives du Congrès pour accélérer la commercialisation de la technologie. Les entreprises briseront deux règles : celle stipulant que le drone doit rester à portée de vue et celle de rester en dehors des zones habitées. PrecisionHawk, un fabricant, utilisera les drones l’étude des terres agricoles le long d’une ligne, en-dehors du champ de vision du pilote. Les drones de BNSF RailRoad inspecteront les rails loin du lieu d’envol. Enfin, les drones de CNN filmeront dans les zones urbaines, mais resteront en vue du pilote et rattachés à une station au sol. Un recours à des bétatesteurs est une façon pour la FAA de prouver à ses détracteurs au Congrès et dans l’industrie de l’aviation qu’il reste à l’écoute. Ces derniers laissaient entendre qu’ils développeraient leur flotte commerciale au Canada ou dans d’autres pays accueillants.

Google Car : 11 accidents !

Google a rendu public un rapport sur l’usage des Google Cars. Depuis 2009, les 20 véhicules ont connu 11 accidents. Tous étaient mineurs et ont été provoqués par les humains conduisant d’autres voitures. Les véhicules de Google ont roulé 1,6 million de km. En comparaison, selon la National Highway Traffic Safety Administration, le taux de dommage matériel est de 0,3 pour 160000 km. Les 11 accidents de Google représentent donc 2 fois ce taux. «Même quand notre logiciel peut détecter une situation délicate et prendre des mesures plus rapidement qu’un conducteur humain, parfois, nous ne serons pas en mesure de surmonter les réalités de la vitesse et de la distance » a déclaré Chris Urmson, directeur du programme. Google a identifié des «modèles de comportement à risque du conducteur (changement de voie, feux rouges). Avec une visibilité de 360° et 100% d’attention dans toutes les directions en tout temps, nos nouveaux capteurs ont une trace des autres véhicules, des cyclistes et des piétons jusqu’à une distance de deux terrains de football ».

Apprendre à regarder

Server Farm Room

Apprendre à un logiciel à reconnaître des objets a été un défi. Cette année, Microsoft a révélé que son logiciel de reconnaissance répondait mal à 4,9 %. Il a été le premier à battre le taux d’erreur humain de 5,1 %. Depuis, Google a indiqué qu’il avait atteint un taux de 4,8 %, puis Baidu, avec son supercalculateur Minwa, de 4,58 %. En 2010, ce taux était d’environ 30%. Que s’est-il passé ? En 2012, une nouvelle technique a émergé : l’apprentissage en profondeur. Cette méthode est basée sur des réseaux de neurones en couches et se nourrit de gros volumes de données. En regardant des milliers de photos de chat, le programme apprend ce à quoi ressemble un chat et peut en reconnaître un. L’idée de base est ancienne, mais les algorithmes modernes et la possibilité d’avoir de grands réseaux de neurones l’ont réveillé. Minwa a des réseaux avec des centaines de milliards de connexions. Baidu a annoncé pouvoir le simplifier pour obtenir une version sur smartphone et a montré une application prototype qui peut reconnaître des chiens de races différentes.

Sauvés par le drone

hexacopter

Un drone DJI a été utilisé pour transmettre une ligne de sauvetage à une famille entourée par les eaux dans sa maison au Texas. De puissantes tempêtes ont déversé leurs eaux sur le nord du Texas, provoquant des pannes de courant et des crues. La famille Kastel, qui vit dans une maison mobile, a été complètement entourée par les inondations. Du fait de la rapidité du courant, il était impossible pour les pompiers de les atteindre. Garrett Bryl, membre des équipes de sauvetage de l’Etat du Texas, s’entraînait avec son drone appelé « Valkyrie » depuis des mois pour aider dans les situations d’urgence. Les sauveteurs ont attaché une petite corde au fond du drone pour pouvoir, dans un second temps, tendre un câble entre eux et la maison et pouvoir tirer la famille à travers la rivière. De quoi permettre à Bill Kastel de témoigner : « Nous vivons ici depuis plus de 20 ans et nous n’avions jamais vécu ça. »

PR2 joue aux Legos

En utilisant l’apprentissage en profondeur, des chercheurs de Berkeley développent des robots qui apprennent des tâches motrices par essais et erreurs. Un robot PR2 apprend à jouer aux Legos, à visser un bouchon sur une bouteille, à assembler un jouet. Le professeur Pieter Abbeel explique : « Le même logiciel, qui code comment le robot apprend, a été utilisé pour permettre au robot d’apprendre toutes les tâches que nous lui avons données. » Le robot BRETT (Berkeley Robot for the Elimination of Tedious Tasks) enregistre ses performances avec des caméras et les note à chaque essai. La réussite est déterminée par un réseau de 92000 paramètres, recalculés en permanence, tandis que le robot se rapproche d’une solution. Avec les déplacements dans un environnement 3D, il n’y a pas d’exemple de solution correcte comme on peut en avoir dans les programmes de reconnaissance vocale et de vision. BRETT se déplace lentement mais avec quelques conseils, il peut apprendre un nouveau métier en 10 minutes. Sans aucune indication, il lui faut 3 heures pour comprendre les choses.

Hycopter, le drone qui vole 4 heures

Hycopter

L’utilisation des drones est frustrante du fait du temps de vol limité, qui ne dépasse pas la demi-heure par recharge de batterie. Une société basée à Singapour, Horizon Unmanned Systems a dévoilé Hycopter, un drone qui fonctionne à l’hydrogène et peut rester en l’air quatre heures (ou deux heures et demi avec une charge de 1 kg). Hycopter utilise son cadre pour stocker l’énergie sous forme d’hydrogène, en éliminant le poids de stockage d’énergie et en allégeant la structure. Avec donc moins de puissance nécessaire du fait de sa légèreté, la pile à combustible converti l’hydrogène en électricité pour alimenter les rotors. « Nous avons réalisé que les structures des drones étaient creuses, » explique le PDG, Taras Wankewycz. «Nous utilisons cet espace pour le remplir avec un gaz utile. » Les tubes de la structure sont rechargeables. Aucune information n’est pour l’instant disponible sur le prix et la disponibilité du drone, mais la société espère qu’il voit le jour en 2015.

[…] L’article dans son intégralité est paru dans Planète Robots n°36 du 1er Novembre 2015.

Tags : , , , ,
Translate »